Mon addiction aux outils de productivité

Cela fait maintenant quelques jours que je me suis séparé de Vim, i3wm ou autres extensions ou outils de développement.

La raison ? La productivité !

En effet, je me suis rendu compte que je passais plus de temps à configurer mes outils pour qu’ils soient parfaits au lieu de travailler concrètement. J’ouvre un projet en Python et je me rends compte que la tabulation n’est pas correcte alors je pars modifier mon .vimrc. Puis je travaille sur un document en Markdown et je me dis que ça serait vachement sympa d’avoir le rendu en PDF à chaque sauvegarde de mon fichier. Et hop! On est reparti dans les fichiers de configuration en boucle et en boucle. Et là, je ne parle que de Vim mais vous retrouverez le même comportement pour i3wm ou même pour Visual Studio Code. On commence par un plugin puis un autre et on ne s’arrête plus !

J’ai donc décidé de revenir aux bases.

Comme éditeur j’ai décidé d’utiliser Visual Studio Code. D’abord pour éviter la tentation de Vim et ses configurations sans fin, puis aussi parce que VS Code possède de nombreuses fonctionnalités de manière native. Fini i3wm ! Retour à un gnome des plus simples. Et pour mon terminal, j’avoue ne pas avoir résisté à un Powerline-Shell. On peut bien se permettre des petits excès quand même.

Après maintenant quelques jours de travail avec ses “simples” outils, je dois dire que je me suis senti plus concentré lors de mes heures de travail qu’avant. Je pense qu’on peut directement associer cette désintoxication au minimalisme qui est un mouvement de vie que j’apprécie beaucoup. Fini les prises de tête sur les fichiers de configuration. Fini de réfléchir sur quel plugin ou quel raccourci clavier je vais pouvoir utiliser pour optimiser mon travail.

Au final, je dois avouer que Vim me manque… Un jour peut-être je craquerai et je retournerais vers lui !

Écrit le 21/11/2018